• Tic-tac tic-tac...

     

    Quelle belle et douce journée même qu'il y a un soupçon de soleil dans un ciel à peine nuageux de blanches stries surmontant une montagne aux reflets sombres qui semblent faire ressortir les toits des maisons et le clocher de l'église...


    Toits des maisons et clocher de l'église... je mets toits et clocher et on comprend que c'est pas les toits d'ouverture et le clocher de l'asile...


    On se croit écrire et on cliche !


    Il n'y a plus de littérature ! A quoi sert l'écriture puisque tout a été écrit !


    Contentons-nous de lire... économisons l'encre...


    Sauvons le papier, donc les arbres, donc la nature, donc la terre...


    Revenons aux temps d'antan, retournons dans les cavernes... remontons dans l'arbre et cette fois évitons d'en tomber...


    Lisons dans les arbres !


    Ralentissons ! Tout va trop vite !


    Le temps qu'on monte dans l'arbre pour lire un livre, qu'on trouve une branche solide pour nous supporter, qu'on a négocié la place avec un coucou ou un orang-outang local, qu'on fait attention à ce que le livre ne nous échappe pas des mains et il est l'heure de rentrer à la caverne où nous attend un rôti de mammouth... ce même mammouth qui nous donna tant de peine à se laisser chasser, débiter en morceaux et stocker au frigo...


    Parce que la chasse au mammouth n'est pas de tout repos !


    C'est qu'il faut le coincer le lascar... l'attirer dans la vallée, le coincer contre la falaise et désigner un volontaire pour qu'il aille lui cisailler le jarret avec un silex... et comme le jarret de mammouth est solide... il faut un grox silex bien pointu, il faut que le cisailleur cisaille vite et bien et qu'il se taille en vitesse... car un mammouth qui tombe, tombe vite... ensuite on arrive tous et on décapite le mammouth... quand on le débite on fait attention à pas débiter le cisailleur s'il n'a pu se tailler à temps... parce que les mangeurs de mammouth n'étaient pas cannibales sauf quand ils mangeaient l'ennemi...


    Enfin bref...


    Une fois de retour à la caverne on regarde dans le frigo si personne n'est venu grignoter un morceau du mammouth avant de s'installer devant la télé à l'heure même ou notre épouse lave les peaux de bêtes que nous porterons cet hiver car le chauffage central laisse à désirer en ce moment... en effet, notre stock de hamsters a été anéanti à cause du départ précipité des mammouths...


    Moins il y a de hamsters pour tourner la roue, moins il y a d'électricité...


    A l'extrême on peut faire pédaler la femme ou les gosses...


    Mon boulot est de chasser, manger et regarder la télé... et de laisser les autres chasseurs faire des enfants à ma femme car moi j'ai assez donné et je tiens à dormir la nuit... surtout aprés un bon film, une bonne bouffe ou une chasse éreintante...

    Sans compter que le lave-vaisselle est en panne... le chien est mort de vieillesse...


    Faut le trouver le bon chien lécheur de vaisselle par les temps qui courent...


    Et comme c'est la femme qui taille les plats dans le bois qu'elle a été chercher dans les bois ça rajoute à son emploi du temps déjà bien rempli... faut pas exagérer !


    La femme a droit à un peu de repos... au moins une fois par semaine !


    C'est que je suis un homme des cavernes progressiste... je suis pour la parité et l'égalité : L'homme à la chasse, la femme à la caverne !


    Et puis pourquoi la femme ne pourrait-elle pas monter dans l'arbre afin de tranquillement y lire un livre dés qu'elle a une minute de libre ?


    Nous ne sommes pas au Moyen-Âge quand la femme n'avait pas besoin d'apprendre à lire et écrire... elle savait compter le nombre d'enfants qu'elle avait... c'était suffisant !


    Il y a un truc à dire sur les temps des cavernes : Il n'y avait pas de parking attenant au supermarché ! Donc la femme allait faire les courses à pied... elle a bien du courage de revenir avec les bras chargés de cabas plein de livres... sans compter les gosses qu'il faut surveiller ! Parce qu'un ptérodactyle fond vite sur sa proie...


    A moins qu'un mammouth soit dans le coin et qu'il foute un coup de trompe dans la gueule au ptérodactyle...


    Enfin c'est comme partout... la vie a ses hauts et ses bas !


  • Commentaires

    1
    Valerie
    Vendredi 7 Novembre 2008 à 14:51
    c'est drole
    je ne sais pas si il y avait des chiens au temps des cavernes...puis je me demande si ecrire est un moyen de nous empecher de vivre et d'aimer...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :